Huiles essentielles et Home Made par Laury

Rencontre avec une experte !

Je connais Laury depuis plusieurs années maintenant et je suis très heureuse de pouvoir vous la présenter aujourd’hui.

Infirmière de choc, toujours souriante et pleine d’énergie, elle a pour vocation d’apporter de la joie et de l’énergie à quiconque croise son sourire éclatant.

Elle a choisi de se spécialiser dans une science qui me tient à coeur au quotidien dans l’élaboration de mes formules de soin : l’aromathérapie !

Bonne lecture !

photo-28-04-2016-11-18-43

Je m’appelle Laury, j’ai 36 ans et suis infirmière de profession depuis presque 15 ans, et conseillère en aromathérapie (utilisation des huiles essentielles ou HE ). J’œuvre à faire entrer l’aromathérapie à l’hôpital et dans les structures hospitalières et/ou médicalisées. Je prépare doucement un changement professionnel, intégrant les soins allopathiques et énergétiques et les médecines dites non conventionnelles à ma pratique infirmière. Passionnée par la nature et touche à tout depuis toujours, je me suis intéressée à l’aromathérapie voilà 10 ans. Autodidacte dans l’âme, j’ai « officialisé » mes connaissances en suivant des formation reconnues et complémentaires. Par la suite, j’ai étudié bien des ouvrages d’auteurs reconnus dans leurs spécialités Depuis peu, je me suis formée à l’aromacologie auprès de la Fédération Française d’Aromathérapie, afin de valider mes connaissances en olfactologie. Vous pouvez en savoir plus en me retrouvant sur mon blog cosmétique et aromatique. ICI

Les huiles essentielles (ou HE), définitions…

Le terme « aromathérapie » créé par le chimiste lyonnais René Maurice Gattefossé est généralement utilisé pour désigner la thérapeutique par les huiles essentielles. Il s’agit donc de soigner par les huiles essentielles.

Les huiles essentielles sont des extraits naturels de plantes aromatiques obtenus par distillation par entraînement à la vapeur d’eau. On trouve dans les essences, au sens officinal et non botanique, les huiles essentielles obtenues par pression mécanique des zestes d’agrumes. Les huiles essentielles ne contiennent pas de corps gras mais ont une forte affinité avec les huiles végétales. On dit qu’elles sont lipophiles, parce que la majorité de leurs composés sont liposolubles.

he-rose-huile_essentielle-definition-39517

Et quelle différence par rapport aux fragrances ?

Là où une huile essentielle est un extrait aromatique d’une plante et une seule, les fragrances cosmétiques sont de vrais parfums, avec note de tête, de cœur et de fond, c’est un assemblage de molécules olfactives, à un pourcentage donné. En règle générale, les fragrances naturelles sont d’origine animale ou végétale. Elles sont composées de molécules aromatiques naturelles, comme les huiles essentielles et les extraits CO2 . Elles peuvent, tout comme les HE, présenter des molécules allergisantes. On retrouve les familles olfactives de fleurs, fruits, arbres, écorces, bois…

Les substances animales utilisées dans la confection de fragrances, jouent le rôle de fixateurs. On retrouve ainsi le musc, la cire d’abeille, le castoérum, l’ambre gris… Elles sont aujourd’hui, pour la plupart d’origine synthétique car des questions réglementaires ou éthique empêchent leur utilisation.

Les fragrances synthétiques sont, elles, composées de molécules synthétiques réalisées en laboratoire. De nos jours, elles représentent 98 % des substances utilisées en parfumerie. Autrefois, les parfumeurs n’avaient à leur disposition « que » 300 odeurs différentes alors qu’aujourd’hui, ils en possèdent plus de 4 000 pour composer leurs fragrances grâce aux molécules synthétiques.

La naturalité et la pureté (100 % naturelle, 100 % pure) Nous trouvons dans le commerce des HE à tous les prix ! Il est important de garder à l’esprit qu’il faut plusieurs kilos de plantes, pour parfois quelques millilitres d’huiles essentielles ! Quelques ratios pour se rappeler la puissance (en goût, en force et donc en action) mais aussi le caractère précieux des HE et comprendre l’échelle de prix :

Poids de plantes nécessaire en fonction des huiles essentielles

Print

Comment choisir le bon rapport qualité / prix en fonction de l’usage?

En ce qui concerne les HE, peu importe l’utilisation, le maître mot est qua-li-té. Pour un usage thérapeutique ou cosmétique, les huiles essentielles doivent répondre à plusieurs critères de qualité rigoureux portant sur :

L’identification botanique exacte de la plante (famille, genre, espèce…) La certification botanique doit apparaître selon la nomenclature internationale sous son nom latin précisant le genre, l’espèce et la sous-espèce. Il existe par exemple plusieurs espèces de thym : thym à thymol, thym à thujanol, thym à linalol… qui peuvent être vendues toutes sous l’appellation d’essence de thym, mais qui ne présentent pas les mêmes précautions d’emploi.

L’organe producteur (écorce, feuille, fleur…) Selon la partie de la plante (feuilles, fleurs…) distillée (ou exprimée pour les zestes de Citrus), il peut exister plusieurs huiles essentielles pour la même plante avec des compositions chimiques et des activités différentes. Par exemple, plusieurs huiles essentielles sont obtenues à partir de l’arbre bigaradier. On obtient l’HE de Néroli à partir de la distillation des fleurs, l’HE de Petit Grain Bigarade à partir de la distillation des feuilles.

La spécificité biochimique (chémotype) Il définit la molécule aromatique révélatrice des principales propriétés thérapeutiques de l’huile essentielle. Une plante de même variété botanique peut produire des huiles essentielles de compositions chimiques différentes selon son origine, son pays, son climat, son sol. Une huile essentielle peut contenir de vingt-cinq à cent molécules biochimiques différentes. Ce qui explique la polyvalence d’action des huiles essentielles.

Mais aussi…

L’identification de l’origine géographique (pays, région) Cela permet de connaître l’environnement dans lequel grandit la plante et de caractériser ainsi l’huile essentielle obtenue. Il y a des différences de composition chimique selon le pays d’origine. Une même plante grandissant dans des lieux différents avec changement de situation géographique (altitude et latitude), avec variation de la nature du sol, peut produire des huiles essentielles aux propriétés différentes.

Les critères de récolte et de distillation (distillation, extraction mécanique) Il définissent si la plante est cultivée ou sauvage. Il sont souvent représentés par un label si la plante provient d’une culture biologique. Les seuls labels autorisés sont ceux délivrés par le Ministère de l’Agriculture.

photo-10-04-2018-09-08-40

Derrière chaque flacon d’huile essentielle se « cache » un distillateur, un cultivateur et un travail conséquent ! Par conséquent, un prix bas n’est pas gage de qualité ! Mais je le reconnais, un prix trop élevé n’est pas pour autant un gage de qualité non plus.

L’odeur de l’huile essentielle est elle aussi très importante ! Une odeur d’oxydation, de brûlé… n’est pas à prendre à la légère ! Il est primordial de se renseigner sur la marque qui propose l’huile essentielle et sur la fiabilité des informations qu’elle fournit à ses clients, la transparence est le maître mot !

En résumé…

Pour acheter une huile essentielle de qualité, on vérifiera que tous les critères cités précédemment sont sur l’étiquette :

  • Le nom commun de la plante
  • Le nom botanique de la plante en latin
  • La partie de la plante utilisée pour obtenir l’huile essentielles
  • Le principe actif principal
  • La provenance ou l’origine
  • Le numéro du lot
  • La mention HECT
  • La date de péremption

Mais aussi que le flacon qui la contient est un flacon opaque. Dans la mesure du possible, on privilégie une production artisanale plutôt qu’industrielle. Cette dernière augmente le niveau de pression de la distillation afin de diminuer le temps de production. Les molécules biochimiques sont ainsi, pour partie, détériorées. Or, ce sont elles qui garantissent les vertus thérapeutiques des huiles essentielles.

Certifiée BIO ou non, la meilleure huile essentielle est celle qui est chémotypée, 100 % pure et 100 % naturelle.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Les huiles essentielles doivent être prises à bon escient et à doses adaptées afin d’éviter de dommageables effets secondaires. En cas de contact ou d’ingestion accidentelle, il ne faut pas utiliser de l’eau mais diluer avec une huile végétale très grasse de qualité. En effet, les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l’eau. Il est vivement conseillé de s’adresser au centre antipoison pour de plus amples renseignements en cas de doute.

Print

Centres anti-poisons

ANGERS
02 41 48 21 21
BORDEAUX
05 56 96 40 80
LILLE
0800 59 59 59
LYON
04 72 11 69 11
MARSEILLE
04 91 75 25 25
NANCY
03 83 22 50 50
PARIS
01 40 05 48 48
STRASBOURG
03 88 37 37 37
TOULOUSE
05 61 77 74 47

Print

Remarque importante ! Les personnes présentant un terrain allergique doivent être encore plus vigilantes. À savoir aussi, les animaux ont des tolérances variables aux huiles essentielles, qui peuvent s’avérer mortelles pour les chats par exemple. Attention à l’auto-médication !

Certaines huiles essentielles sont toxiques ou allergisantes, de par les molécules aromatiques qui les composent. Le tableau suivant vous donne quelques pistes de vigilance.

Print

Mode d’emploi

En Home made on utilise des faibles dilutions huileuses à visées cosmétiques et pour le bien-être.

dosage HE

Dans quels produits cosmétos peut-on les utiliser et pourquoi?

Certaines personnes disent qu’il ne faut pas les utiliser pour l’odeur et je ne suis pas d’accord car le parfum influence l’humeur et peut donc « détendre » la peau par réflexe neurologique non ?

Suite à ma formation d’aromacologie, je répondrais que l’odeur de l’huile essentielle est un réel « plus » au soin cosmétique ! L’aromacologie ou olfactologie, prend en compte l’action des huiles essentielles dans la sphère subtile de l’esprit et du psychisme. C’est la science qui étudie les phénomènes liés aux odeurs et l’influence des molécules aromatiques sur l’humeur et le comportement.

Le sens olfactif est le premier de nos sens. C’est le plus puissant, et le plus primaire. L’odorat est le seul sens à être en liaison direct avec le cerveau. Les odeurs ne sont ni filtrées, ni censurées.  Elles intègrent le système limbique qui commande de nombreuses fonctions corporelles primaires (faim, soif …) Ce système limbique est aussi le siège de nos émotions et de nos mémoires. C’est par l’odorat que des souvenirs peuvent être « réveillés ». La vision nous révèle l’apparence des choses et des êtres. L’odorat livre la substance intime. L’odeur naît d’une substance volatile qui va rencontrer les millions de cellules qui constituent notre appareil olfactif.

Chaque HE présente des propriétés thérapeutiques, et certaines peuvent être utiles d’un point de vue cosmétique !

  • Pour exemple, pour une peau grasse et acnéique, on conseillera l’HE de petit grain bigarade (Citrus aurantium ssp amara)
  • pour les peaux sensibles et couperosées, on s’orienta vers l’HE de camomille matricaire (Chamaemelum matricaria recutita)
  • pour les dévitalisées, l’HE de carotte (Daucus carota)
  • pour les peaux sèches, l’HE de géranium rosat (Pelargonium x asperum)

Dosages

  • Cosmétiques quotidiens visage : 0,1 à 1 %
  • Soin du visage ciblé et ponctuel : 1,5 à 2 %
  • Crème, huile, lotion usage quotidien : 1 à 1,5 %
  • Produit traitant pour le corps : 2 à 5%
  • Soins capillaires : 0,5 à 1,5 %

En plus d’apporter ses propriétés dites «thérapeutiques », l’huile essentielle va apporter ses propriétés « olfactives ».

Les huiles essentielles peuvent être intégrées dans bien des produits (crème hydratante, soin ciblé…), mais toujours selon certaines règles (pour ne citer que celles-là):

  • intégration en fin de préparation pour ne pas altérer les propriétés
  • à un dosage adapté
  • choix des huiles essentielles en fonction de leur toxicité
  • respecter la fenêtre thérapeutique

Elles peuvent être présentes dans les laits, crèmes et huiles pour le corps, les savons, gels douche, huile de bain, shampooing, soin minceur… Néanmoins, il ne faut pas oublier un point ! Si l’on consomme des HE par voie orale et que l’on applique des soins avec ajout d’HE, il faut faire attention à l’effet cumulatif ! Elles peuvent surcharger le foie et l’engorger, les rendant toxiques pour celui-ci.

Le vrai / faux des inquiétudes lues

La fenêtre Thérapeutique est-elle utile pour une utilisation cosmétique ?

Comme nous l’avons vu, les HE ne sont pas anodines ! Et leur utilisation prolongée peut même être néfaste Tout comme en médecine traditionnelle la fenêtre thérapeutique est donc très importante !

On définit la fenêtre thérapeutique comme une “Interruption provisoire d’un traitement en cas d’intolérance ou d’insuccès, ou dans le but d’éviter une accoutumance de l’organisme et donc une moindre efficacité du traitement.”

Il existe la notion de fenêtre thérapeutique pour les huiles essentielles contenant des phénols, c’est indiscutable. Mais elle existe également pour les huiles essentielles qui sont utilisées à fort dosage (+ de 500mg par jour) et celles utilisées à un dosage moindre, mais sur une période longue.

Mode d’emploi

Trois semaines d’utilisation, puis une semaine de pause et ainsi de suite ou utilisation 5 jours par semaine et pause le week-end. Le changement d’huiles essentielles est également important, ne pas toujours utiliser les mêmes. Le dosage est également à respecter !

Et dans les produits ménagers ? Polluent-elles vraiment ?

Les huiles essentielles, de part leur propriétés assainissantes, antibactériennes, désinfectantes ou désodorisantes, sont très intéressantes et utiles pour les produits ménagers. Néanmoins, il faut tenir compte des mêmes toxicités et précautions que pour leur utilisation thérapeutique ! L’inhalation de vapeurs peut parfois provoquer une légère irritation des voies respiratoires supérieures.

Une enquête du magazine 60 millions de consommateurs a révélé les produits assainissants aux huiles essentielles nous intoxiquent plus qu’ils nous font du bien. En fait, cette étude fait référence aux composés organiques volatils (COV), qu’on retrouve dans les produits ménagers mais aussi dans les huiles essentielles. Ils sont connus pour présenter un risque pour l’appareil respiratoire. En pulvérisant ces produits à outrance, les utilisateurs s’exposent à un risque de sensibilisation et deviennent donc plus sensibles aux allergènes.

Donc l’utilisation des huiles essentielles dans les produits ménagers ne posent pas réellement de problème, si on tient compte des précautions d’utilisations ! Nous les utiliserons donc avec parcimonie ! Et on pense bien entendu à aérer les pièces après utilisation !

A découvrir absolument mais avec prudence !

Les huiles essentielles aujourd’hui connaissent un plein essor. Beaucoup de personnes les utilisent ou souhaitent les utiliser au quotidien. Néanmoins il est avant tout primordial de se former à leur utilisation et/ou de suivre scrupuleusement les conseils de personnes reconnues dans le monde de l’aromathérapie. Les huiles essentielles, bien qu’elles soient issues du monde végétal, ne sont pas anodines, loin de là !

Ce n’est qu’en maîtrisant leur complexité et leur spécificité que vous pourrez bénéficier de tous leurs bienfaits. L’aromathérapie médicale, familiale cosmétique ou l’aromacologie, peuvent vous apporter beaucoup ! Qu’attendez-vous pour découvrir l’univers des huiles essentielles ?

error: Contenu protégé !

Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site. + d'informations

Les paramètres des cookies sur ce site Web sont configurés pour "permettre aux cookies" de vous donner la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans modifier vos paramètres de cookie ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous les acceptez.

Fermer